Diversification

Cet article répond à la volonté d’AGIPI d’apporter à ses adhérents l’explication d’un expert sur le comportement des marchés financiers. Il n’a pas de valeur de conseil et son objet n’est pas de promouvoir nos supports financiers.

Article rédigé le 26 mars 2020

par Christian Rabeau, expert des marchés financiers, administrateur AGIPI

 

Nous traversons une crise sanitaire et économique très grave et les interrogations face à cette situation inédite sont légitimes.

Dans cette période la gestion de son épargne passe sans doute aux yeux de beaucoup de nos concitoyens comme secondaire, par rapport à d’autres priorités. Mais des adhérents de l’AGIPI peuvent être troublés par la très forte chute des marchés financiers et se demander s’ils ont fait le bon choix. Sans sous-estimer la situation, peut être difficile de certains épargnants, une politique de gestion raisonnablement diversifiée demeure la meilleure option. Pourquoi ?

Partout dans le monde la production et les échanges sont très ralentis voire arrêtés : la récession économique est inévitable. Elle sera sans doute profonde et sa durée est peu prévisible. Elle affectera forcément les capacités bénéficiaires des entreprises, et c’est bien pour cela que les cours des actions ont déjà autant baissé. Tous les investisseurs le savent. Mais ils savent aussi d’expérience que toute crise économique finit par être surmontée, à plus ou moins brève échéance, et que tout rebond de l’activité s’accompagne toujours d’une amélioration des cours des actions, alors que les taux d’intérêt, eux, resteront probablement à des niveaux très bas. L’épargnant de moyen-long terme, tel que l’adhérent de l’AGIPI détenteur d’un contrat d’épargne retraite, doit garder la tête froide et maintenir, en fonction de son « profil de risque » (âge et capacité à supporter une baisse temporaire), une certaine part de diversification entre fonds en € et unités de compte. Renoncer aujourd’hui à celle-ci, ce serait « vendre au plus bas », ce serait manquer la reprise lorsqu’elle se matérialisera !

Y a-t-il des exceptions à cette orientation générale ? Oui, pour ceux qui investissent à court terme. Pour tous les autres, ils peuvent, attendre que la situation financière se stabilise. Et ceux qui disposent de liquidités, même si ce n’est évidemment pas aujourd’hui leur première préoccupation, ont l’occasion de les investir à des niveaux de marchés exceptionnellement bas.