L'association d'assurés, partenaire d'AXA

Veille AGIPI du 1er avril 2019

Médecins : environ 8 000 téléconsultations remboursées par la Sécu en six mois

Six mois après le lancement de la prise en charge des actes de télémédecine par la Sécurité sociale, la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) dresse un premier bilan chiffré. Dans un communiqué publié le 26 mars 2019, elle note que 7.939 actes de téléconsultation ont été pris en charge depuis le 15 septembre 2018. « Ce bilan, effectué à partir des facturations des téléconsultations, reflète une montée en charge progressive », explique la Cnam, qui évoque aussi un « déploiement progressif qui tend à s’accélérer ». En témoigne le nombre hebdoma-daire moyen de téléconsultations, passé de 200 à la fin de l’année dernière à plus de 800 de-puis la mi-février.

Avec 40,2 % des actes facturés sur la période, ce sont les médecins généralistes qui arrivent en tête, suivis par les spécialistes (32,2 %). Les centres de santé assurent, à eux-seuls, environ un cinquième de ces actes (19,9 %), selon le communiqué. Enfin les établissements de santé réali-sent les 7,7 % des actes restants, « le plus souvent facturés dans le cadre des consultations externes ». La Cnam prédit que « le développement de la téléconsultation devrait s’amplifier dans les prochains mois ». Elle s’appuie notamment sur la récente signature d’accords de remboursement des facturations émises par les pharmaciens et les infirmiers libéraux.

Source : https://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/CP_Bilan_a_6_mois_de_la_Telemedecine.pdf

TPE-PME : un chiffre d’affaires en progression en 2018, l’investissement toujours en repli

La croissance de l’activité économique a profité aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux très petites entreprises (TPE) françaises l’année dernière. Leur chiffre d’affaires a augmenté en moyenne de 2 % en 2018, selon le baromètre Image PME réalisé par l'Ordre des ex-perts-comptables et dévoilé le 22 mars 2019. Un regain de croissance dont ont profité quasiment toutes les régions. La Bretagne, les Pays-de-la-Loire et Auvergne-Rhône-Alpes figurent sur le podium, avec des hausses proches des 3 %. Parmi les secteurs les plus dynamiques, on trouve celui du transport et de l’entreposage, mais aussi ceux de l’information et de la communication.

Une donnée vient néanmoins assombrir le tableau : la baisse continue, depuis cinq trimestres, de l’investissement annuel des TPE-PME. Le baromètre des experts-comptables montre un repli de 3,3 % des montants investis en 2018. Le constat est irrévocable : plus la taille de l’entreprise est petite et plus la chute de l’investissement est conséquente. Une tendance à la baisse qui, selon les auteurs de l’étude, « semble donc s’inscrire dans le temps ».

Source : https://www.imagepme.fr/wp-content/uploads/2018T4_France.pdf

Pharmaciens : une hausse de 8 % des effectifs en vue d’ici 2040

La pénurie de pharmaciens ne semble pas pour demain en France. C’est ce qui ressort d’une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), un organisme dépendant du ministère des Solidarités et de la Santé, publiée le 21 mars 2019. Selon ses auteurs, le nombre de ces professionnels de santé devrait passer de 73.000 actuellement à 79.000 en 2040, soit une hausse de 8 % des effectifs. Et ce, en dépit des départs massifs à la retraite dans ce laps de temps « des générations ayant connu un numerus clausus élevé au début des années 1980 », poursuivent-ils.

« Dans la mesure où la population française augmenterait au même rythme (8 %) pendant cette période selon l’Insee, la densité resterait stable », note encore la Drees. Après être tombée à 106 pharmaciens pour 100.000 habitants en 2030, cette densité devrait s’établir en 2040 à 109 pharmaciens pour 100.000 habitants (soit un retour au niveau de 2018). L’étude indique par ailleurs que « l’officine resterait le lieu d’exercice principal du pharmacien ». Autres tendances soulignées par la Drees : la poursuite du développement du salariat, une nette féminisation des effectifs et un rajeunissement de la profession.

Source : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/etudes-et-resultats/article/8-de-pharmaciens-en-plus-entre-2018-et-2040-et-une-densite-stabilisee

TPE-PME : Bercy incite les entreprises du BTP à demander l’aide « Bâtir + »

Dans une communication publiée sur son site Internet le 11 mars 2019, le ministère de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publics rappelle aux entreprises du bâtiment et travaux publics (BTP) de moins de 50 salariés qu'elles peuvent bénéficier de l'aide intitulée « Bâtir + ». Cette aide financière simplifiée (AFS) permet aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux très petites entreprise (TPE) du secteur de subventionner l’achat de matériel visant à diminuer les risques (notamment de chute) et à améliorer l’hygiène et les conditions de travail de leurs salariés sur les chantiers. Il peut s’agir de l’achat d’une passerelle de chantier, d’une plateforme à maçonner ou d’un bungalow de chantier mobile autonome.

Bercy invite les entreprises éligibles à « faire une demande de réservation le plus tôt possible » en adressant un dossier dûment complété auprès de la caisse régionale de Sécurité sociale (Carsat, Cramif ou CGSS pour l’Outre-mer) dont elles dépendent avant le 31 décembre 2020. « La subvention couvre 40 % du montant de l’équipement (50 % si un bungalow est inclus dans la subvention) dans la limite d’une subvention totale de 25 000 euros par entreprise », précise le ministère.

Source : https://www.economie.gouv.fr/entreprises/btp-aide-financiere-hygiene-securite

Ça vous intéresse ?

Parlez-en avec un conseiller

Contacter un conseiller Nous écrire