L’endive : une excellente alliée après les fêtes

L’endive (ou « chicon ») est un légume d’hiver facile à préparer, facile à cuire, facile à accommoder : elle est une alliée idéale pour bien commencer l’année grâce à ses bienfaits nutritionnels et sa faible teneur en calories.

Besoin d’un coup de fouet ? L’endive est là…

Et si vous envisagez de lever le pied sur le café, pourquoi ne pas essayer la chicorée ? La chicorée est issue des racines torréfiées de l’endive, au goût proche de l’or noir, la caféine en moins.

Un peu d’histoire : au XVIIIe siècle, à la suite du blocus imposé par Napoléon Bonaparte elle a servi de café de substitution.

Une prise de poids après les fêtes ? Misez sur l’endive…

Grâce à sa forte teneur en eau (95 %) et en fibres, l’endive joue l’effet « coupe-faim » : elle est idéale pour aider à la chute de poids et améliorer le transit intestinal.

Fatigué et stressé ? L’endive va vous revigorer…

Les fêtes sont synonymes d’émotions, de retrouvailles, voire parfois d’un peu de nostalgie. Des états qui peuvent engendrer un stress positif ou négatif. Faites place à l’endive dans vos assiettes qui, riche en antioxydants, diminuera les effets négatifs du stress. De plus, sa forte teneur en vitamines et oligo éléments boostera votre organisme.

Et si on la cultivait ?

L’endive n’existe pas à l’état sauvage. Elle provient d’une racine de chicorée cultivée dans l’obscurité. En réalité, il faudrait l’appeler par son vrai nom : le chicon. Né en Belgique, il a été rebaptisé « endive de Bruxelles » quand il est arrivé en France.

Sa culture se fait en deux temps. On fait d’abord pousser la racine dans les champs en pleine terre. Puis, lorsqu’elle est mature, la racine est arrachée et repiquée dans un endroit à l’abri de la lumière. C’est ce qui va déclencher la pousse et la transformation du bourgeon terminal en feuilles blanches et serrées avec des bouts légèrement jaunes verts que l’on appelle endive. Lorsque nous consommons une endive, nous mangeons donc le bourgeon de la plante.

La culture biologique de l’endive est préférable car elle ne contient pas de pesticides chimiques et le forçage (technique agricole pour obtenir une pousse hors saison à l’abri de la lumière et du gel) des racines a lieu dans la terre.

Et si on la cuisinait ?

Pour bien choisir les endives, privilégiez celles dont les feuilles sont serrées et blanches, gage de fraîcheur. Les endives les plus blanches sont aussi moins amères.

Crue en salade, braisée, cuite à la vapeur ou à l’étouffé : les saveurs varient suivant le mode de cuisson. Evitez de cuire l’endive dans de l’eau : elle s’engorgera de liquide et perdra sa saveur.

Pour tout savoir sur l’endive :

* Au niveau français, la base de données de référence sur la composition nutritionnelle des aliments est gérée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Les données contenues dans cette base sont mises à disposition sur internet via le site Ciqual. Elle propose la teneur en calories, lipides, glucides, protéines, vitamines et minéraux de 2642 aliments, représentatifs de ceux consommés en France.

Bibliographie

ARUY M.-P. et F. GALLOIN, Légumes d’hier et d’aujourd’hui, Belin, 2007