Nombreuses sont les personnes à confondre l’assurance-vie et l’assurance décès. Pourtant, le fonctionnement et la finalité de ces contrats ne sont pas les mêmes.

Il est important de distinguer l’assurance-vie de l’assurance décès. Ces deux contrats s’avèrent, en effet, très différents.

L’assurance-vie pour financer ses projets

Un contrat d’assurance-vie constitue un placement. Le souscripteur peut alimenter son contrat d’assurance vie quand il le veut et y verser le montant de son choix. Il peut également effectuer, à tout moment, des retraits (appelés « rachats ») sur tout (rachat total) ou partie (rachat partiel) de l’encours (les versements cumulés, majorés des gains et déduits des frais de gestion annuels) de son assurance-vie. À savoir : un rachat total de l’assurance vie entraîne automatiquement la clôture du contrat.


Le souscripteur du contrat d’assurance vie peut investir dans un fonds en euros et/ou dans une ou des unités de compte (UC). Le premier offre une garantie sur le capital (le souscripteur est assuré de récupérer le cumul de ses versements quoi qu’il arrive). Si les UC ne proposent pas une telle garantie, ces supports délivrent une rémunération potentiellement supérieure au fonds en euros. Majoritairement investies en actions, les unités de compte bénéficient, en effet, du dynamisme des marchés financiers.


Par le biais des UC, le souscripteur peut également investir dans l’immobilier (SCPI, OPCI, SCI), le « private equity » (les entreprises non cotées en Bourse) ou encore dans des ETF (des fonds qui répliquent des indices boursiers ou de matières premières). Cette stratégie de diversification permet de limiter les risques de perte et d’accroître le potentiel de rendement du placement.


L’assurance-vie est particulièrement adaptée aux projets de long terme, comme l’achat de la résidence principale, le financement des études supérieures des enfants… Non seulement les versements ne sont pas plafonnés, mais la fiscalité est avantageuse au-delà de la huitième année de souscription. Passé ce délai, les gains (les intérêts annuels du fonds euros et les plus-values des UC) issus des rachats ne sont pas imposés à hauteur de 4 600 euros par an pour un célibataire ou de 9 200 euros par an pour un couple marié ou pacsé.

L’assurance décès pour protéger ses proches

Un contrat d’assurance décès relève, lui, de la prévoyance. Un contrat de prévoyance prévoit une indemnisation si le risque couvert survient. Dans le cas de l’assurance décès, un capital est versé au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) par l’assuré au décès de ce dernier. Si généralement les bénéficiaires de l’assurance décès sont des proches, il peut aussi s’agir de tiers sans aucun lien marital ou familial.


Le montant du capital de l’assurance décès est garanti par l’assureur et défini au moment de la souscription du contrat. Le niveau des cotisations est fixé en fonction du profil de risque de l’assuré (âge, profession, antécédents médicaux…). D’une manière générale, plus le souscripteur est jeune et plus la cotisation sera modique.


Le montant assuré par le contrat d’assurance décès sera payé au bénéficiaire désigné sans lien avec la durée de cotisation.


Certaines assurances décès prévoient le versement d’une rente à l’époux, à l’épouse ou au partenaire de Pacs de l’assuré décédé (rente du conjoint survivant) et/ou à ses enfants (rente éducation) jusqu’à leur 21e anniversaire ou leur 25e anniversaire s’ils sont étudiants, sans condition et jusqu’à leur 26e anniversaire chez AGIPI. Des contrats proposent aussi un capital ou une rente si le souscripteur devient invalide.


L’assurance décès peut être temporaire, c’est-à-dire valable durant une période donnée. Au-delà de ce délai, si l’assuré est toujours vivant, il ne pourra pas récupérer ses cotisations versées. Il aura alors cotisé « à fonds perdus ». Il existe aussi des assurances décès dont l’échéance n’est pas définie et qui court donc jusqu’à la disparition de l’assuré. On parle alors d’assurance décès « vie entière ».


On l’aura compris, l’assurance décès vise avant tout à éviter que les proches de l’assuré subissent une chute brutale de revenus suite à de son décès. L’assurance-vie et l’assurance décès poursuivant des objectifs différents, ces contrats sont plus complémentaires que concurrents.

La fiscalité en cas de décès

Pour l’assurance décès :

Pour l’assurance-vie (contrat post au 20/11/1991 et versement à compter du 13/10/1998) :

Cet article a été rédigé avec les informations connues au 24/08/2023. L’ensemble des informations communiquées est susceptible d’évoluer à chaque instant.

Découvrez les autres guides sur le produit Assurance vie

Assurance vie

Comment souscrire une assurance vie pour un tiers ?

Il est possible d’ouvrir un contrat d’assurance vie pour le compte d’une tierce personne. Un parent peut ainsi ouvrir un...
Lire la suite
Assurance vie

Quels sont les différents plafonds de l’assurance vie ?

Contrairement aux livrets et plans d’épargne réglementés, les contrats d’assurance vie ne sont pas plafonnés. S’il est fiscalisé, ce placement...
Lire la suite
Assurance vie

Comment résilier un contrat d’assurance vie ?

Le souscripteur a la possibilité de renoncer à son assurance vie dans les 30 jours suivant la signature du contrat....
Lire la suite
Assurance vie

Assurance-vie : avantages fiscaux et imposition

Tout savoir sur la fiscalité d’une assurance-vie . La souscription d’un contrat d’assurance-vie permet de se constituer ou de transmettre...
Lire la suite
Assurance vie

Assurance-vie et succession : droits de succession et fiscalité

La transmission patrimoniale est un objectif important pour vous ? L’assurance-vie est le contrat qui correspond à cette préoccupation. Vous vous...
Lire la suite
Assurance vie

Les avantages de l’assurance-vie après 70 ans

Assurance-vie après 70 ans : comment ça marche ? Contrairement aux idées reçues, souscrire une assurance-vie après 70 ans ou continuer...
Lire la suite
Assurance vie

Prélèvement forfaitaire libératoire : l’imposition à la source

En assurance-vie, les plus-values ou intérêts compris dans un rachat peuvent être soumis à imposition. A chaque demande, vous avez...
Lire la suite
Assurance vie

Avance et rachat partiel : comment ça marche ?

L’assurance-vie est une opération de long terme dont l’un des atouts est sa fiscalité avantageuse au-delà de 8 ans. Le...
Lire la suite
Assurance vie

Rachat assurance-vie : fonctionnement et fiscalité

Vous avez investi dans une assurance-vie et souhaitez récupérer tout ou une partie de votre capital ? C’est possible grâce au...
Lire la suite
Assurance vie

Comment choisir la meilleure assurance-vie adaptée à ses besoins ?

Vous désirez souscrire une assurance-vie, mais vous ne savez pas quel contrat serait le mieux adapté à vos besoins ?...
Lire la suite